20 MINUTES: «Il ne faut ni diaboliser le CBD, ni tenter les gens»



20 MINUTES
«Il ne faut ni diaboliser le CBD, ni tenter les gens»
Par Maria Pineiro
Le 22.04.2018

Plus de 200 plantons ont été distribués à Genève, Lausanne, Berne et Zurich. Un producteur de CBD a distribué des boutures de chanvre dans plusieurs villes suisses. Ce qui n’est pas du goût de tous.

Vendredi, 12h30, place du Molard, au centre-ville, deux démarcheurs interpellent les passants, flyer et petit plant de cannabis à la main.

Ils font la promotion d’une marque de CBD soutenue par Bernard Rappaz pour marquer la journée internationale du cannabis. La société du militant pro-chanvre vise à promouvoir ses nouveaux produits, mais de manière discrète: pas de tente, d’oriflamme ou autre support publicitaire pour cette action.

Une discrétion motivée par «l’image sulfureuse qui entoure l’herbe légale encore assimilée par une majorité de gens à de la drogue et présentée comme dangereuse», selon le porte-parole de la marque.

Briser un tabou

L’accueil est plutôt bon, quand les gens prennent le temps de s’arrêter: «C’est une plante extraordinaire», s’exclame Suzanne 73 ans, son petit planton dans les mains. Alexandre, 19 ans, juge «cool» cette distribution.

«Cela permet de briser le tabou», précise-t-il. Pour Bernard Rappaz, rencontré peu après dans les locaux genevois de l'entreprise, le CBD représente «la première brèche dans le chemin qui mènera à la légalisation du cannabis».

« Retour

Holyweed

CBD 100% Suisse et labelisé BIO

VOIR NOS PRODUITS